décembre 2019

Protection des sites industriels : quels enjeux ?

Les enjeux de sûreté-sécurité sont cruciaux dans l’industrie. Conformité à des exigences réglementaires nationales ou internationales, préservation de l’outil de production, protection des matières premières, produits finis ou savoir-faire…  Toutes ces obligations font partie du quotidien des sites industriels. Les clients d’Horoquartz, utilisateurs de la solution de sûreté-sécurité Protecsys 2 Suite donnent leur vision du sujet.

Des lois et normes qui obligent à s’équiper

La norme Seveso est une réglementation connue de tous qui soumet les entreprises concernées à des obligations strictes en termes de sécurité avec par exemple la nécessité de connaître le nombre et le nom des personnes présentes sur les sites à un instant donné. Paturle Aciers est un cas plutôt habituel d’une industrie classée Seveso seuil bas qui a renforcé son niveau de sécurité pour répondre aux exigences. Pour Céline Favre responsable QSE de l’entreprise :

« Nous devons pouvoir informer les pompiers en cas d’incendie, mais aussi en cas de malveillance. La réglementation s’est durcie depuis les événements de 2015 et la sécurité doit être renforcée sur les sites Seveso par obligation préfectorale. Nous avons donc commencé à travailler sur ces sujets dès 2015 ». Lire le témoignage complet.

Une approche que confirme Terega (anciennement TIGF), dont le projet de sûreté-sécurité réalisé avec Horoquartz visait entre autres à répondre aux exigences de la norme Seveso 2 comme l’indique Aurélien Bardy, chef de projet SI :

« Nous sommes opérateurs gazier site SEVESO et soumis à des réglementations fortes en matière de contrôle d’accès. La catégorie P.I.V. de certains de nos sites (Point d’Importance Vitale) nous oblige à un contrôle permanent du nombre de personnes sur zone. Nous devons par exemple pouvoir identifier et localiser les P.O.B. (Personal on Board) à tout moment et pouvoir donner aux pompiers le nombre d’individus par zone en cas d’incendie ».

Ces obligations normatives existent dans d’autres secteurs industriels. L’industrie agro-alimentaire en est un bon exemple. La norme agroalimentaire IFS (International Food Standard) a obligé les sites agroalimentaires à augmenter leur niveau d’équipement et à protéger leurs zones sensibles, comme en témoignent Les délices de St Léonard, entreprise cliente d’Horoquartz :

« Notre activité impose le respect de la norme IFS. C’est donc dans le respect de cette norme que nous avons déployé une solution complète de contrôle d’accès, vidéosurveillance et détection-intrusion pour sécuriser l’accès et la mise en quarantaine de notre zone de production dite sensible ».

D’autres réglementations ou normes existent dans le monde industriel : la norme 21FR11, la certification ISO 22000, sites classés « confidentiel défense »… Garantir la conformité à ces différentes obligations pour leur volet sûreté-sécurité rend souvent incontournable l’équipement en systèmes de contrôle d’accès, vidéosurveillance ou détection-intrusion.

 

Filtrer les accès et les mouvements : une problématique récurrente dans l’industrie

Le respect des réglementations n’est pas la seule motivation des industriels pour s’équiper de systèmes de sûreté-sécurité. La préservation du savoir-faire, des équipements, des matières premières ou des produits finis est une problématique récurrente sur les sites de production. Ceci oblige les industriels à mieux contrôler les accès de leurs salariés mais aussi de leurs sous-traitants.

« Auparavant, le site n’était pas fermé en permanence. Nous n’avions pas de solution de contrôle d’accès du personnel et des visiteurs d’entreprises intervenant chez nous. On savait si les entreprises extérieures étaient arrivées, mais pas si elles étaient sorties de l’usine » témoigne Céline Favre de Paturle Aciers.

Au-delà du contrôle des allées et venues, la protection du process de production est aussi une préoccupation. Pour Eric Godfert, responsable technique chez Valinox Nucléaire, leader mondial des tubes pour générateurs de vapeur de centrales nucléaires et utilisateur de la solution Protecsys 2 Suite :

« Les process de fabrication sont secrets et le site devait donc être sécurisé. Il fallait non seulement protéger ces process mais aussi sécuriser les accès et contrôler la circulation des personnes à l’intérieur de l’usine ». Lire le témoignage complet de Valinox.

 

Sécuriser les zones sensibles : un process à bien définir

Des dispositifs de sécurité peuvent être mis en place dès l’extérieur des bâtiments pour sécuriser les accès au site. C’est ce qui a été déployé sur le site Seveso de Fibre excellence comme l’explique Vincent Delvaux :

« Le contrôle des livraisons a été mis en place par l’installation de quatre barrières le­vantes aux entrées du site (pour les VL et les PL avec ouverture par badge sans contact). Le contrôle de l’entrée personnel piéton a lui aussi été assuré par l’installation de tambours rotatifs avec double entrée. Un portail avec une sonnette a été installé à proximité du poste de garde pour les visiteurs n’ayant pas de badge. »

Mais pour plus de sécurité dans les zones de production, le déploiement d’un contrôle d’accès avec process de cheminement peut être envisagé pour sécuriser plus finement les zones. Les Délices de St Léonard ont par exemple déployé un process d’accès dans le respect du « Food Defense ».

« Pour accéder à la zone de production, le salarié est soumis, dès la sortie du vestiaire, à un double contrôle : badge + nettoyage des mains. Cette combinaison de deux étapes permet la libération du tourniquet et l’accès à la zone de production. Ensuite, toute la subtilité et la rigueur de la solution de contrôle d’accès réside dans le système d’anti-passback mis en place. Une fois sorti de la zone de production pour se rendre en zones « non-sensibles » (stockage, expédition, matières premières…), voire tout simplement pour sortir, le salarié ne peut plus revenir en arrière. Toutes nos portes pour accéder à la zone de production sont équipées de lecteurs de badges dans le sens “ zone non-sensible ” vers “ zone sensible ” interdisant ainsi de transiter dans ce sens. La seule solution pour accéder de nouveau à la zone de production, c’est de repasser par la case départ : vestiaire puis tourniquet de double contrôle. »

On retrouve la même approche chez Valinox Nucléaire. « Nous avons également activé l’anti-passback, une fonctionnalité qui évite à une même personne de rentrer deux fois dans une même zone sans en être sortie au préalable »  indique Eric Godfert.

 

La protection du personnel n’est pas oubliée

Aujourd’hui, la sécurité en entreprise s’est accrue en raison de l’évolution du cadre réglementaire et d’une meilleure compréhension des enjeux. Parmi ceux-ci, la protection du personnel travaillant sur le site de production n’est pas négligée et n’est pas contradictoire avec les autres objectifs.

« Au-delà de la conformité réglementaire, notre besoin était aussi de mieux protéger le personnel et nos installations. Les salariés se sentent en sécurité, le site industriel est contrôlé » » rapporte Vincent Delvaux de Fibre Excellence, qui a aussi déployé une solution Horoquartz