juillet 2019

Matières illicites : comment mieux les détecter ?

Pour le responsable sécurité, la liste des matières illicites à surveiller est longue : explosifs, stupéfiants, produits chimiques, éléments radioactifs ou encore armes. Chacune de ces matières présente un risque particulier. Une meilleure détection est indissociable d’une meilleure protection.

Quels outils pour la détection ?

Les moyens de détection sont particulièrement nombreux et variés, on trouve chez les fabricants, des caméras bardées d’intelligence artificielle, des portiques, des scanners, des systèmes de détections de radiations, …… Du matériel qui évolue et devient à la fois plus efficace, mais aussi plus portable qu’auparavant. Toutefois, tous les spécialistes l’affirment: que ce soit pour un usage propre à l’Etat (contrôles de sites stratégiques, des ports, des frontières…) ou pour des sites privés (entreprises, grands sites industriels, centres de tri, banques, résidences hôtelières ou centres de vacances…), la détection, pour être efficiente quelles que soient les conditions et situations, demande du personnel qui soit particulièrement bien formé.

Les équipes cynophiles pour les explosifs et les stupéfiants

Dans ce domaine, les chiens et leur maître sont depuis très longtemps sur le terrain avec des capacités olfactives vraiment efficaces. Un binôme présent auprès des entreprises de sécurité privée ou des organismes gouvernementaux. Les matières illicites, les stupéfiants et les explosifs sont leur domaine favori. Il s’agit d’un des moyens de détection les plus efficaces. Comme pour les hommes, il faut des sessions d’entretien et une mise à niveau tous les 3 ou 4 ans.

Pour les stupéfiants, les chiens vont détecter toutes les substances illicites, à condition que celles-ci soient odorantes et que l’animal ait appris à les mémoriser. En fonction de la quantité de drogue, de la façon dont elle est camouflée, le chien va pouvoir la détecter de 50 cm à 200 m de distance ! Pour les explosifs, les chiens réagissent à un vaste panel de molécules pouvant entrer dans la composition d’engins explosifs. Toutefois les difficultés sont multiples, les molécules pouvant être dispersées par le vent ou la pluie, et le chien qui se fatigue assez vite ne doit pas se laisser distraire par son environnement.

Des risques chimiques

Qu’il s’agisse d’accidents ou d’actes criminels, des substances chimiques peuvent représenter une grande menace aussi bien pour les militaires que pour les civils, en fonction de la typologie des sites. Pour cette détection il est possible d’utiliser des détecteurs de poussières, de gaz ou de vapeurs.

Les détecteurs de gaz vont alerter en temps réel sur la présence de certains gaz dangereux. Ils sont simples d’utilisation, toutefois, les usagers doivent être bien formés.

Les détecteurs peuvent évaluer les gaz tels que le monoxyde de carbone, l’hydrogène sulfuré, l’ammoniac, le chlore, le dioxyde de soufre… la teneur en oxygène ou encore la concentration en gaz combustible.

Les appareils fixes sont destinés à la surveillance d’installations où la présence de gaz dangereux est possible et peuvent permettre le déclenchement d’alarmes ou la mise en sécurité d’un système.

Les appareils portables peuvent être utilisés pour pointer les postes ou les procédés les plus exposés mais aussi pour la cartographie des émissions de composés organiques volatils.

La radioactivité

Sur notre territoire, plusieurs secteurs d’activité utilisent des rayonnements ionisants (médical, nucléaire, industrie, et certains laboratoires de recherche et d’analyse). Mais aussi des applications faisant usage de matières radioactives pour des matériaux de construction, des engrais…

Pour se prémunir des risques, la radioprotection va évaluer le risque d’exposition aux rayonnements ionisants et le cas échéant mettre en œuvre des mesures destinées à limiter ce risque.

La dosimétrie va consister à mesurer les doses reçues par les personnes exposées, pour un usage de détection de transport illicite, il existe des détecteurs portables, mais aussi des portiques pouvant contrôler un camion dans son intégralité.

Détecter les armes

Pour les armes, les détecteurs fixes et les scanners à main sont bien présents dans les zones publiques ou privées, mais la vidéosurveillance devrait rapidement être capable, grâce à de l’intelligence artificielle, de détecter des armes. L’objectif est ici que l’installation détecte automatiquement l’apparition d’une arme sur une image vidéo. De quoi notamment donner l’alerte plus rapidement et avertir les forces de l’ordre du type précis de la menace.

Demain…

Dans un avenir proche, les nez des chiens seront passés à la loupe par plusieurs laboratoires de recherche. Ils souhaiteraient bien pouvoir reconstituer ses capacités en réalisant des nez électroniques qui ne se fatigueraient pas.

D’autre part, certains casinos américains testent un scanner qui devrait être capable de « scanner » toutes les personnes qui passent dans son champ de vision, tout en reconnaissant une arme, un couteau, une ceinture d’explosifs… portés sous des vêtements ou dans un sac.

On le voit, la détection est en pleine évolution.

Franck Chevallier pour Horoquartz

Franck Chevallier