février 2018

Contrôle d’accès : et si vos salariés étaient demandeurs ?

Confrontés à un réel risque d’incivilités, d’agressions ou de vols dans l’entreprise, 48% des salariés français (60% dans le secteur public) attendent un effort de leur employeur pour renforcer leur sécurité ! C’est ce qui ressort d’une récente enquête réalisée par Opinionway pour Horoquartz. Fait nouveau : les salariés pensent que les solutions proposées par le marché, et en premier lieu le contrôle d’accès, sont un moyen efficace pour réduire les risques qui les concernent !

 

Une réalité mesurable et une prise de conscience

L’enquête d’Opinionway pour Horoquartz fait ressortir que 36% des salariés ont subi des insultes ou des menaces dans les cinq dernières années sur leur lieu de travail, bien souvent de manière répétée. 17% ont par ailleurs été victimes de vols. Les agressions physiques sont plus rares, mais s’élèvent tout de même à 8%. Ces actes sont très majoritairement le fait de personnes étrangères à l’entreprise (clients, usagers, visiteurs, intrus).

La menace terroriste est même identifiée comme un risque potentiel dans le cadre du travail par 24% des salariés.

Ce contexte modifie probablement le rapport des salariés français à la sécurité. En tout cas, il explique qu’aujourd’hui près de la moitié d’entre eux attend un effort significatif de l’employeur à ce sujet.

 

Une idée assez précise des solutions possibles

Un autre volet de cette enquête est consacré à l’évaluation par les salariés eux-mêmes des solutions possibles pour améliorer leur sécurité.

Et ce qu’ils indiquent montre qu’ils ont pleinement compris l’intérêt des solutions proposées par le marché. Ainsi 71% d’entre eux considèrent qu’un système de contrôle d’accès par badge est une solution efficace ou très efficace. 68% portent la même appréciation sur les systèmes de vidéosurveillance et 64% pour les systèmes de détection-intrusion.

L’efficacité des solutions de sécurité électronique dans le cadre de leur travail semble donc largement admise par les Français, devant le gardiennage traditionnel avec vigiles ou agents de sécurité (63%).

 

Un changement de perception

Aujourd’hui, le contrôle d’accès ne représente plus seulement « un coût » ou une contrainte, mais il est un outil indispensable à la protection des personnes et des biens. Un outil qui devient un allié du personnel qui semble l’accepter bien plus qu’auparavant.

C’est bien là un véritable changement important. Pendant très longtemps le contrôle d’accès, quelle que soit sa forme, était majoritairement perçu par les salariés comme une sorte de « flicage », de contrainte dans le travail, d’une surveillance non indispensable et pas toujours justifiée. La technologie évoluait année après année, mais pas forcément l’acceptation de ce contrôle par les salariés eux-mêmes.

L’augmentation des risques telle que la ressentent les salariés, et certainement aussi les attentats de 2015, ont engagé de manière assez vaste et profonde ce changement de perception. Le vigile, les caméras, les codes, les badges… participent désormais pleinement à l’organisation générale de la sécurité des accès dans l’entreprise, au sens large du terme.

Et si cette protection est indispensable pour protéger les actifs de l’entreprise ou sa propriété intellectuelle, elle concoure aussi à limiter les risques pour les salariés eux-mêmes, ce qu’ils semblent avoir compris.

Un changement de perception qui devrait motiver les employeurs à mettre en œuvre, dans le dialogue avec les salariés, une démarche pour sécuriser le quotidien de leurs personnels.

 

Consulter l’article du blog consacré à l’enquête Opinionway sur la sûreté-sécurité au travail des salariés français.