mars 2018

Choisir un système adapté en matière de détection intrusion

Les chiffres des cambriolages dans les locaux industriels, commerciaux ou financiers sont là pour attester de la menace : 70 774 cambriolages en 2017, 73 713 en 2016 et 69 198 en 2015. Pour les malfaiteurs ces lieux restent des cibles de choix pour lesquels il convient de s’assurer de mettre en place de bonnes pratiques en matière de détection-intrusion.

Le cambriolage : un risque à envisager

Tous les profils d’entreprises peuvent être, un jour, victimes de cambriolages. Il y a ceux qui visent des « locaux à haut risque » et qui vont intéresser des délinquants professionnels très organisés et déterminés, désireux de toucher des stocks de grande valeur ou des informations et données sensibles. Quant aux « locaux plus classiques », les malfaiteurs sont plus opportunistes et ils vont chercher à tirer profit des éventuelles faiblesses du système de sécurité pour arriver à leurs fins.

On distingue différents types de vols :

  • Le vol simple, il s’agit du vol d’objets appartenant à l’entreprise ou aux employés.
  • Le vol avec violences, les bureaux et entrepôts peuvent être concernés, car la matière première ou des marchandises peuvent représenter une valeur importante à la revente.
  • Le vol d’informations et de données doit, encore plus qu’auparavant, être pris en compte pour maintenir l’efficacité de l’entreprise. Il est souvent plus facile de remplacer du matériel ou des marchandises que des informations ou des données.
  • Le vol suivi d’incendie criminel va toucher principalement les bureaux et entrepôts isolés ou dépourvus de protection suffisante. Ces incendies peuvent notamment être le fait de cambrioleurs désireux d’effacer leurs traces.

Pour éviter d’être, un jour, touché par cette menace, il convient donc de se protéger contre les cambrioleurs, mais aussi les employés indélicats, les espions, et même les terroristes.

Le système de sécurité doit donc être adapté spécifiquement, en tenant compte du niveau de sûreté souhaité pour chaque type d’entreprise ou site.

Plusieurs voies d’accès au vol

A l’instar des cambriolages dans les maisons, les malfaiteurs utilisent souvent les mêmes voies d’accès pour pénétrer dans des locaux professionnels qu’ils ciblent. Pour la gendarmerie, le modus operandi principal reste les portes de l’entrepôt, puis les portes de l’entreprise, les fenêtres et un accès en hauteur. Le bardage, la verrière et la toiture sont eux des accès complètement marginaux.

Le fonctionnement d’un système de détection-intrusion

Le déploiement d’un système de détection-intrusion est bien une phase indispensable dans la sécurité d’ensemble de l’entreprise.

Le système de détection-intrusion va permettre de donner l’alerte de manière pertinente et en temps réel, par le biais des détecteurs de mouvement ou via l’activation d’une alarme par un salarié agressé par exemple.

L’alerte est transmise automatiquement par le système et est visible en temps réel sur les écrans de contrôle. Certains systèmes proposent l’envoi de l’alerte directement par mail ou sms.

Le signalement de l’intrusion d’une ou de plusieurs personnes dans une zone sous protection, intérieure ou extérieure, va permettre au responsable sécurité de déterminer la meilleure intervention possible en réponse à l’attaque détectée. Tout cela en gardant une vue d’ensemble, et toujours en temps réel, de l’intégralité du système.

Ce dispositif pourra aussi être relié au système de vidéosurveillance afin d’avoir une vision d’ensemble et à distance, et de réaliser une levée de doute.

Un dispositif anti-effraction en amont

A l’extérieur des locaux, l’ensemble du dispositif vise à créer une barrière pour la détection des intrus en périphérie. Alors pour compléter les protections mécaniques classiques telles que les portes, volets, grilles, serrures… un dispositif électronique anti-effraction va protéger efficacement les zones les plus faibles d’un site. Ainsi, il peut être nécessaire de poser des protections de surface, des détecteurs de bris de verre, acoustiques ou sismiques, des contacts d’ouverture, ou des détecteurs de vibration, permettent d’être alerté en cas d’effraction d’une zone protégée.

Des protections pour l’intérieur

Pour repérer les mouvements des malfaiteurs ou des voleurs à l’intérieur des locaux, des détecteurs spécifiques à infrarouge ou à hyperfréquence permettent de confirmer ou non une intrusion, tout comme des barrières infrarouges.

En complément des alarmes classiques, il convient en fonction du niveau de sécurité recherché et du type d’entreprise de mettre en place des solutions supplémentaires qui vont du générateur de brouillard à l’éclairage stroboscopique… de quoi gêner la progression de l’intrus dans les locaux.

S’agissant de l’alarme silencieuse, elle pourra être déclenchée par le personnel, sous forme de bouton pression ou de pédales par exemple, de quoi donner l’alarme dans la plus grande discrétion.

Quelle que soit la nature de l’alarme, il faut vraiment que le temps de réaction soit aussi bref que possible afin que la réaction soit rapide, mais aussi intelligemment décidée par une bonne analyse des informations, mais aussi la rapidité du personnel de sécurité.

 

Franck Chevallier pour Horoquartz

Franck Chevallier

Retrouvez dans un autre article du blog tout ce qu’il faut savoir pour s’équiper en détection intrusion.