février 2017

Des caméras IP en plein essor

Depuis plus de deux décennies le marché des caméras IP professionnelles se développe de manière considérable. Désormais les fabricants ont mis au point des caméras capables de fonctionner dans l’obscurité totale ou face à un fort contraste. Leurs processeurs sont aussi plus rapides et plus intelligents. De quoi répondre à des besoins plus variés avec des caméras réseau qui peuvent se faire discrètes, thermiques, thermographiques (  pour la gestion des salles serveurs ou de chaines de production sensibles…), petites, ou encore avec une vision à 360 ° ou des fonctions de balayage avancées.

Elles se présentent sous différents types, à dôme fixe, discrète, PTZ (panoramique / inclinaison / zoom) ou encore thermique. Une caméra IP est donc utilisée pour envoyer des signaux, vidéo / audio, sur un réseau IP, qui peut être local (LAN), ou sur Internet. Elle permet de visionner en direct ou d’enregistrer des scènes, soit sur demande ou en raison d’un événement déclenchant comme un mouvement ou une alarme. L’accès à la vidéo pouvant se faire à partir de n’importe quel accès à un réseau IP.

Composition d’une caméra IP

Ces caméras IP sont l’association d’une caméra et d’un ordinateur. Concrètement elles se composent principalement d’un objectif, d’un capteur, d’un ou plusieurs processeurs et de mémoire. Les fonctions de traitement de l’image, de compression, d’analyse vidéo et de mise en réseau sont dévolues aux processeurs tandis que la mémoire va stocker les microprogrammes, et temporairement les vidéos.

Choisir sa caméra IP

Pour bien choisir sa caméra, il faut au départ définir les objectifs de la vidéosurveillance : vue d’ensemble, surveillance d’approche extérieure, lutte contre la démarque interne- externe, pour détecter des mouvements de foule anormaux, le traçage d’objets, le comptage de personnes, l’analyse du comportement des clients, ou encore pour filtrer les véhicules.  Il faut également définir le niveau de détails nécessaire pour l’identification des personnes ou des objets (visages, plaques minéralogiques, surveillance de systèmes de point de vente…). De quoi déterminer avec exactitude le type de caméra, le champ, le positionnement et l’objectif à utiliser.

Ainsi, pour chaque lieu il faut calculer le nombre de zones d’intérêt et la portion des zones à couvrir. Cela va aider au choix du type et du nombre de caméras nécessaires. Par exemple, si les zones sont proches les unes des autres il vaut mieux choisir une caméra mégapixels haute définition avec un objectif grand-angle plutôt que deux caméras à résolution plus faible.

Pour surveiller une grande surface, on peut donc utiliser plusieurs caméras fixes ou à dôme fixe, ou bien des caméras PTZ. Sachant que les PTZ disposent de fonctions avancées de zoom optique, de quoi fournir des images à haut niveau de détails, mais elles ne peuvent fournir qu’une brève vue d’ensemble d’une partie de leur zone de couverture à un moment donné. A contrario, une caméra fixe est capable de couvrir intégralement la zone en permanence.

L’exposition à la lumière

La sensibilité à la lumière et le besoin d’éclairage sont des éléments importants à prendre en compte, les caméras IP présentent donc différentes sensibilités à la lumière. Deux facteurs sont ici à considérer, d’une part l’ouverture (nombre f) de l’objectif (souvent motorisé 2.9/8mm ), qui doit être le plus faible possible, et la caractéristique en lux, la plus faible étant la meilleure.

Pour les environnements extérieurs, les caméras avec LED infrarouges (IR) intégrées ou des projecteurs IR externes vont améliorer la qualité des vidéos en condition de faible lumière et peuvent malgré cela fournir des vidéos exploitables, même dans l’obscurité la plus complète. Une caméra thermique peut aussi être envisagée le cas échéant.

Au-delà de ces points importants, il faut aussi notamment prendre en compte la résolution, la compression, l’audio, la gestion d’événement ou la « vidéo intelligente ». De quoi faire le choix le plus efficient possible pour répondre à chaque besoin.

 

Lire également l’article sur le stockage des vidéos

Franck Chevallier pour Horoquartz

Franck Chevallier