janvier 2019

Bien évacuer dans les règles et avec efficacité

Bien sûr, les entreprises doivent se prémunir des risques au maximum, en mettant en place une démarche globale de prévention. Cependant, le risque zéro n’existe pas et les menaces d’incendies, d’explosions, de catastrophes naturelles (tempête, inondations, tremblement de terre…) et même d’attentats existent bien, et les entreprises se doivent de savoir réagir dans tous ces cas de figure.

En cas de menace, la gestion d’évacuation des personnes doit se réaliser en sécurité et avec efficacité. Il est important de faire en sorte que chacun puisse assurer le rôle qui lui est attribué et que l’ensemble des personnels soient évacués sans panique.

D’un point de vue réglementaire, le Code du travail prévoit, dans les établissements de plus de 50 personnes et ceux où sont manipulés des matières explosives et inflammables, que la consigne de sécurité incendie soit établie et affichée de manière très apparente. En deçà de 50 personnes, les consignes sont plus légères.

En revanche pour les établissements recevant du public (ERP) ou pour les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), les contraintes sont plus sévères, tout comme pour les immeubles de grande hauteur (IGH).

D’une façon générale, les consignes de sécurité vont notamment lister le matériel d’extinction, les personnes devant l’utiliser et celles en charge de l’évacuation, les mesures spécifiques pour les personnes handicapées, les moyens d’alerte, les personnes devant donner l’alerte…

 

Une évacuation à préparer

Les exercices d’évacuation sont à mettre en place au moins deux fois par an. Ils sont nécessaires pour familiariser tous les personnels à l’évacuation et permettent de vérifier s’il y a des améliorations à prévoir. Chaque exercice d’évacuation est l’occasion d’un débriefing et permet d’avancer dans la construction d’une procédure efficace et bien adaptée à chaque entreprise et risques.

Les équipes d’évacuation doivent suivre une formation théorique pour simuler une absence de visibilité, indiquer une température importante ou la présence de fumées sur leur cheminement pour ne pas être pris de court en situation réelle. Toute personne nouvellement arrivée dans l’entreprise, quel que soit son statut, doit se voir expliquer l’emplacement de la consigne de sécurité, la conduite à tenir et encore la composition de l’équipe d’évacuation.

 

Des missions à attribuer

Pour qu’elle soit réussie, une évacuation doit être adaptée aux caractéristiques des lieux, elle doit aussi s’assurer que toutes les personnes soient évacuées en vérifiant leur présence au point de rassemblement.

L’organisation doit prévoir des équipes d’évacuation avec des rôles bien définis :

  • Le guide d’évacuation dispose de la liste des personnes sous sa responsabilité. Il va les amener au point de rassemblement, en suivant les cheminements prévus, puis réaliser le recensement des personnes pour, le cas échéant, signaler des personnes manquantes. Enfin, le guide d’évacuation va coordonner la réintégration des lieux à la fin de l’exercice ou en situation réelle.
  • Les serre-files vont devoir vérifier que personne n’a été oublié dans tous les locaux en vérifiant, pièce par pièce, puis en refermant les portes et en interdisant le retour en arrière. Ils ont aussi la charge d’avertir le guide que les locaux sont bien vides de tout occupant.
  • Pour tous les autres, ils doivent évacuer sans délai, que ce soit en situation réelle ou en exercice, et suivre toutes les consignes de l’équipe d’évacuation.

 

Converger vers les points de rassemblement

L’évacuation doit faire cheminer en sécurité l’ensemble des personnes (employés mais aussi visiteurs) pour les regrouper au niveau d’un point de rassemblement qui sera le point de contrôle pour comptabiliser les effectifs et identifier les manquants. Pour les personnes en situation de handicap, il convient de prévoir un local d’attente sécurisé.

Le point de rassemblement est un élément important de l’évacuation. Il doit se trouver à un endroit où il ne va pas gêner l’approche des secours tout en pouvant recevoir toutes les personnes à sécuriser. Il doit également ne pas être submergé de fumées ou risquer de recevoir des chutes de matériaux lors du sinistre.

Pour faciliter le comptage des personnes et s’assurer que personne ne manque à l’appel, Horoquartz a développé un outil efficace : P2 EAP (Emergency Assembly Point). Il s’agit d’un terminal mobile intégré à sa solution de contrôle d’accès Protecsys 2 Suite. Le terminal (PDA) se met à jour en temps réel pour connaitre à tout moment les employés et visiteurs présents sur site ainsi que leur localisation. En cas d’alerte nécessitant une évacuation, le responsable d’évacuation récupère le PDA avant de se rendre au point de rassemblement. Il dispose ainsi de la liste des présents et peut visualiser les écarts éventuels et identifier les manquants à l’appel.

 

Prévoir aussi le risque attentat

Le risque attentat doit également être pris en compte, l’actualité montre qu’il peut toucher les entreprises. Certaines entreprises privées et  établissements publics s’exercent pour répondre à cette menace spécifique. Dans les faits, il faut :

  • Prévenir les personnes du danger présent.
  • S’échapper en faisant attention à localiser le danger. Si possible en aidant les autres à fuir aussi, mais sans s’exposer soi-même.
  • S’il est impossible de sortir, il faut se cacher et s’enfermer en se barricadant. Couper les lumières, se tenir à distance des ouvertures, ou encore s’allonger au sol ou derrière un obstacle solide. Il faut encore couper la sonnerie et le vibreur du téléphone.
  • Pour finir, il faut alerter les forces de l’ordre et suivre leurs instructions.

 

 

Franck Chevallier pour Horoquartz

Franck Chevallier